Société Libre de l’Eure

Frédéric LAUX : « L’impératrice Joséphine et la botanique »

mercredi 16 février 2011 par FLAUXAD27

« L’impératrice Joséphine et la botanique »

Conférence de Frédéric Laux,
Samedi 19 février 2011
Résumé :
La Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles lettres de l’Eure reçoit samedi 19 février 2011 Frédéric Laux, pour une conférence sur « l’impératrice Joséphine et la botanique »

Cette conférence aura lieu aux Archives départementales, 2 rue de Verdun, à partir de 14 h 30. Elle sera illustrée de nombreuses projections en couleurs.

Présentation :

De tous temps, les souverains ont constitué des collections d’objets précieux. Certaines de ces collections étaient vivantes : ménageries d’animaux exotiques ou rares, jardin des plantes. Jusqu’à la naissance de botanique moderne à la fin du XVIIe siècle, les plantes sont surtout considérées pour leurs vertus médicinales. Le Jardin royal des herbes médicinales, devenu par la suite Jardin du Roi, est ainsi créé à Paris en 1635. Au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, alors que les grands voyages d’exploration à vocation scientifique se multiplient, que l’agronomie connaît des progrès fulgurants et que la botanique devient une véritable discipline des sciences naturelles en pleine constitution, l’intérêt pour les plantes ne se dément pas et fait l’objet d’un intérêt scientifique qui ne se limite plus à la seule médecine. En France, après les temps troublés de la Révolution, Joséphine Bonaparte, épouse du Premier consul, puis impératrice des Français, renoue avec la tradition monarchique du mécénat et des collections : mobilier, œuvres d’art, pierres précieuses, curiosités naturelles, animaux exotiques et plantes.
L’intérêt de Joséphine pour la botanique n’est toutefois pas un simple signe extérieur de puissance. Véritable passion, la botanique devient un objet d’études auquel l’impératrice accorde, outre des moyens financiers et matériels considérables, beaucoup de son temps. Elle fait ainsi de l’immense domaine de la Malmaison un très haut lieu de la botanique, qui concurrence le Jardin des Plantes de Paris. Le parc du château de Navarre à Évreux n’est pas non plus oublié.
En proposant de replacer cette passion dans le contexte du temps, l’on essaiera de comprendre pourquoi et comment Joséphine est devenue une éminente connaisseuse, considérée par les botanistes de son temps comme l’une des leurs.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 1298526 Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités :  Suivre la vie du site Les Conférences   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.9 + AHUNTSIC